tous les mercredis

de juillet & août

11h00

du marché

concert

entrée libre - libre participation

mercredi 6 JUILLET

Odile JUTTEN

Capture d’écran 2022-03-15 à 10.25.20.png

Organiste, pianiste, organettiste, lauréate du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (écriture musicale, orgue, improvisation, orchestration), est organiste titulaire de l’orgue contemporain Quoirin-Decaris de la cathédrale d’Évreux. Docteur en musicologie (Paris IV Sorbonne), elle a été enseignante-chercheuse en université (Sorbonne, Lille, Saint-Etienne, Évry).  Elle a été membre de la section « instruments de musique » de la Commission Nationale de Monuments Historiques  pendant 14 ans.

Également peintre, poète, créatrice de spectacles, elle pratique le dialogue entre les arts. Elle improvise à l’orgue, au piano et à la voix dans toutes sortes de situations artistiques  et stylistiques (en soliste, en improvisation collective, sur des textes, des supports visuels etc.). Elle a enregistré plusieurs CD en soliste (cathédrale de Versailles, d’Évreux, orgue MH de Notre-Dame d’Épernay).

Elle forme depuis 2016 avec Pierluigi Tomasi , organiste, chanteur et comédien, un duo qui explore des répertoires de l’époque médiévale au XIXe siècle, avec des transcriptions pour voix solo et orgue ou pour deux organistes, et qui conçoit des spectacles associant poésie et improvisations.  Elle collabore depuis cette année à des projets autour des danses sacrées occidentales avec la danseuse Nathalie Guillemé et la chanteuse Hélène Decarpignies (création en juillet 2022).

 

Sébastien Wonner a étudié le clavecin et la basse continue avec Aline Zylberajch et Martin Gester au Conservatoire de Strasbourg. Organiste, il a travaillé cet instrument avec André Stricker et Christophe Mantoux. Son intérêt pour l’improvisation l’amène à recevoir les conseils et à travailler avec  Freddy Eichelberger. Il bénéficiera des leçons de Pierre Hantaï également.

Son goût l’amène à fréquenter souvent la musique du XVIIè siècle et la musique vocale avec des ensembles tels la Chapelle Rhénane, Consonance, Doulce Mémoire, La Rêveuse, les Witches, l’ensemble Clément Janequin, Akâdemia ou les Sacqueboutiers avec qui il a enregistré plusieurs disques (Symphoniae sacrae, Magnificat d’Uppsala, Musikalische Exequien, Weihnachtshistorie de H. Schütz, Motets de Samuel Capricornus, Membra Jesu Nostri , Sonates et Cantates de Dietrich Buxtehude, Dolci Affetti, Madrigaux de P. Verdelot, la Passion selon Saint Jean de J.S. Bach, Le Messie de G.F. Händel, le Manuscrit de Suzanne van Soldt, La Morte d’Orfeo de Stefano Landi chez les labels K617, Alpha, Zig-Zag Territoire (Outhere), Mirare, Ricercar). Un album consacré à la musique de clavecin solo de J.P. Sweelinck a été salué par la critique. Soliste ou chambriste, il recherche surtout la diversité des expériences sur toutes sortes d’instruments (orgues historiques, clavicordes,…) y compris dans des répertoires peu fréquentés ou en improvisation.

Ses voyages l’ont amené à jouer en Amérique du Sud, au Japon et dans beaucoup de pays d’Europe mais c’est à Tours qu’il enseigne avec passion le clavecin au sein du Département de Musique Ancienne du Conservatoire à Rayonnement Régional.

mercredi 13 JUILLET

Sébastien WONNER

DSC01377.JPG
 

mercredi 20 JUILLET

Alice JULIEN-LAFERRIÈRE

Yves RECHSTEINER

Yves Rechsteiner Mathieu Sartre 1 .jpg
Alice.jpg

Suite à un riche parcours qui lui a fait étudier le piano, le violon, les lettres modernes et le théâtre, Alice Julien-Laferrière s'est concentrée sur la pratique du violon baroque lors de ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Ces différentes disciplines se sont rejointes à travers les projets de l’Ensemble Artifices, qu'elle crée en 2012. En 2018, Alice s’installe en Saône-et-Loire et développe son projet artistique, autour d'un lieu, la Turbine, ainsi que la création des éditions Seulétoile en 2019.

Simultanément, elle se consacre au Duo Coloquintes avec la violiste Mathilde Vialle. Le duo publie son premier disque en 2016, Froberger en tête à tête, suivi d’un second volume consacré à Louis Couperin en 2020 et publié aux éditions Seulétoile (Diapason d'Or).

Spécialisée dans les répertoires du 17e et du 18e siècle, Alice est régulièrement invitée comme soliste ou au sein de divers ensembles en France et à l’étranger. Elle choisit les projets auxquels elle prend part pour leur intérêt musical et humain. C'est ainsi qu'elle intègre l’ensemble Ground Floor (Diapason d’Or pour Il Genio inglese chez harmonia mundi), l’ensemble Faenza ou encore Kwartett.

Jusque-là régulièrement invitée pour donner des cours dans des conservatoires, et jusqu'à l’Université de Culture Chinoise de Taiwan, Alice enseigne épisodiquement au conservatoire de Chalon-sur-Saône depuis 2020. Elle lance en 2021 la première Académie de la Turbine.

Avant de se consacrer intensément à ses projets personnels, Alice a été premier violon de l’Ensemble Correspondances, des Surprises et du Concert Brisé, avec lesquels elle a enregistré de nombreux disques et réalisé des tournées en Europe et à l'international.

Né en Suisse, Yves Rechsteiner est formé à l’orgue et au clavecin à Genève et à la Schola Cantorum de Bâle. Lauréat de plusieurs concours internationaux, il enseigne depuis 1995 l’art de l’accompagnement au clavier de la musique baroque au Conservatoire National Supérieur de Lyon, dont il a également dirigé le département de musique ancienne jusqu’en 2014.

Impliqué dans une réflexion sur la musique d’orgue, il conçoit ses programmes de concert avec ses propres arrangements d’oeuvres aussi bien baroques, classiques, symphoniques que rock: Rameau, J.S.Bach, Haydn et Mozart, Berlioz, Frank Zappa ou Mike Oldfield.

Amateur de rencontres musicales variées, il a collaboré avec des musiciens venus de divers univers musicaux (traditionnelles, jazz, classique, baroque)

Depuis 2014 il dirige le festival Toulouse les Orgues où il impulse une ouverture du festival vers tous les styles musicaux incluant les musiques actuelles ou électroniques.

Il joue en duo depuis 2005 avec le percussionniste Henri-Charles Caget, et en trio avec le guitariste électrique Fred Maurin.

Il a conçu avec la contorsionniste Liste Pauton le spectacle Bach Metamorphosis

Il se produira en 2022 avec l’Explorateur, son orgue transportable doté de possibilités musicales étendues permettant une meilleure diffusion de ses projets artistiques.

 

mercredi 27 JUILLET

Yves Lafargue est né en 1969. Il étudie l’orgue auprès de Georges Lartigau, puis d’Aude Heurtematte, avant de suivre l’enseignement de Jean Boyer et Liesbeth Schlumberger au CNSM de Lyon.

En 2000, il occupe le poste d’organiste en résidence de la salle de concerts de Sapporo. Il est aujourd’hui professeur d'orgue au Conservatoire de Lyon (CRR), et organiste titulaire de la basilique Notre-Dame-de-Fourvière.

Yves Lafargue compose des pièces d’orgue (éd. Delatour, éd. Chanteloup-Musique) et de musique liturgique (Messe Ecclesia Cantic, éd. Voix Nouvelles ; Psautier de Fourvière, éd. Artège). Il a aussi réalisé des transcriptions pour orgue (Allegretto de la 7e symphonie de Beethoven, accompagnement du Requiem de Fauré).

Enfin, passionné de dessin et d’écriture, il a publié aux éditions Hortus un recueil de nouvelles illustrées : Didascalie et autres pièces de fantaisie. Il en a tiré un spectacle pour chant, récitant et orgue : La Course au requiem.

Yves LAFARGUE

Yves Lafargue.jpg
 

mercredi 3 AOÛT

Natsumi SAWA

_DSC0690 (2).jpg

Née à Ishikawa au Japon, Natsumi Sawa commence le piano à l'âge de 4 ans puis l’orgue à l'âge de 7 ans.

Elle rentre à l’université de musique de Senzoku Gakuen en 2012 où elle apprend l’orgue avec Yumiko Ogino et le piano avec Masako Yoshitake.
En 2016, elle est diplomée à l’orgue avec la meilleure note de sa promotion, puis est séléctionnée pour le concert annuel des jeunes diplômés au théâtre métropolitain de Tokyo.

Après une année de perfectionnement, elle devient stagiaire dans le hall de concert de Minato Mirai à Yokohama où elle reçoit l’enseignement de Hatsumi Miura.
Elle donne de nombreux concerts dans différents halls au Japon. (en solo, avec orchestre, ...)

En 2018, Natsumi est admise au CNSM de Lyon sous la direction de François Espinasse et Liesbeth Schlumberger où elle étudie le clavecin avec Yves Rechsteiner, l'improvisation avec Gabriel Marghieri et le piano avec Eric Dartel.
Actuellement, elle elargit son domaine de compétences à l'improvisation libre avec Jean-Marc Foltz.

 

Frédéric Rivoal a étudié l’orgue auprès d’Olivier Vernet et Marie-Claire Alain.
Il a parallèlement appris le clavecin avec Elisabeth Joyé.

Frédéric a donné des récitals en Europe, aux Etats-Unis, au Japon, à Taïwan et a également joué depuis vingt ans avec une immense variété de merveilleux instrumentistes et chanteurs, notamment dans les ensembles dont il est régulièrement l’invité comme Le Poème Harmonique, Le Concert de la Loge, le Cercle de l’Harmonie, Ricercar Consort, Orchestra of the eighteen century, l’ensemble Diderot, les Agréments, la Fenice, le Banquet Céleste, la Chapelle Royale, les Folies Françaises, les Ambassadeurs, l’orchestre de chambre de Paris, l’orchestre symphonique de Bretagne, l’orchestre Philharmonique de Liège...

Il a participé à des enregistrements pour les labels Warner, Virgin, Naïve, Alpha, Harmonia Mundi, K617, Ambronay, Versailles Spectacles, Erato, Ricercar.

Frédéric est titulaire de l’orgue Blumenroeder du temple du Foyer de l’Âme, lieu spirituel et musical à Paris où se donnent de nombreux concerts dont l’intégrale des cantates de Bach commencée en 2000.

mercredi 10 AOÛT

Frédéric RIVOAL

Image.jpeg
 

mercredi 17 AOÛT

Salomé GASSELIN

Emmanuel ARAKÉLIAN

_DSC3868_DxO-Modifier.jpg

Originaire d’Avignon, Emmanuel Arakélian se passionne très jeune pour les claviers anciens et modernes. Formé d’abord au Conservatoire National de Région de Toulon puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il y étudie parallèlement l’orgue, le clavecin, la basse continue et la musique de chambre auprès de personnalités marquantes telles que Pascal Marsault, Olivier Latry, Michel Bouvard, Olivier Baumont et Blandine Rannou.

Soutenu tout au long de ses études par la Fondation de France, le Fonds Tarazzi et la Fondation Meyer, Emmanuel Arakélian remporte en 2015 le second prix d’interprétation au Grand Prix Johann Sebastian Bach de Lausanne, puis, en 2018 le deuxième prix et le prix du public au concours d’orgue Lens/Béthune.

A l’aise aussi bien à l’orgue qu’au clavecin, son éclectisme et son attrait pour les instruments historiques l’amènent à se produire très régulièrement en soliste      

000083990005.jpeg

Violiste française, Salomé Gasselin remporte en 2020 le premier prix à l’unanimité du Gianni Bergamo Music Award à Lugano en Suisse. Elle avait auparavant déjà obtenu plusieurs prix en solo – dont le deuxième prix du Concours Bach-Abel à Köthen 2018 – et en musique de chambre avec l’ensemble Goldfinch.
Après avoir hésité entre une carrière dans le rugby, le dessin ou la génétique, elle choisit la musique et intègre le CNSMD de Lyon dans la classe de Marianne Muller. Elle se formera ensuite au Koninklijk Conservatorium de La Haye avec Philippe Pierlot, et enfin au Mozarteum de Salzburg avec Vittorio Ghielmi. En parallèle de ses études musicales, Salomé étudie les Lettres Modernes à l’Université Paris X.
Elle intègre très tôt les ensembles de sa génération et joue avec Pygmalion, Jupiter, Capriccio Stravagante, A Nocte Temporis, Ratas Del Viejo Mundo, Les Musiciens de Saint-Julien, le Poème Harmonique.Attirée par la création contemporaine, elle travaille avec des compositeurs comme Philippe Gouttenoire, Jerzy Bielski ou encore le metteur en scène Lazare Herson-Macarel.
En plus de ses concerts et de sa classe de viole de gambe au conservatoire de Marseille, elle rêve de marqueterie sur les instruments anciens, se passionne pour la sociologie du son et le fromage. Salomé joue une basse de viole de Simon Bongars faîte à Paris en 1653.

dans de nombreux festivals renommés, en France mais aussi à l’étranger. Citons la saison musicale de Radio-France, le Festival d’orgue de Roquevaire, le Festival International des Grandes-Orgues de Chartres, la Fondation Royaumont, le Festival de Saintes mais aussi au festival Bach de Lausanne (Suisse), au Mozartfest de Würzburg (Allemagne), au festival de musique ancienne d’Utrecht (Pays-Bas), ainsi qu’en Espagne, en Italie, en République Tchèque et au Canada.

Jouant avec le même intérêt le répertoire de son temps, les compositeurs comme Vincent Paulet, Valery Aubertin, Edith Canat-Chizy, Thierry Escaich ou encore Bernard Foccroulle figurent fréquemment aux programmes de ses concerts.

Nommé en 2019 organiste titulaire à la prestigieuse tribune de la Basilique du Couvent Royal de Saint-Maximin la Sainte-Baume, il s’engage activement à continuer de faire rayonner le chef- d’œuvre du facteur d’orgue Jean-Esprit Isnard construit entre 1772 et 1774. Il crée, en partenariat avec la municipalité, le festival d’été « Harmonies d’orgue » ainsi que la « renaissance de l’académie de Saint Maximin » dont il est le directeur artistique.

Chambriste passionné et continuiste apprécié, il se produit régulièrement au sein de l’ensemble « Les Ambassadeurs-La Grande Ecurie » sous la direction d’Alexis Kossenko ou bien encore avec le « Concert d’Astrée » dirigé par Emmanuelle Haïm.

En novembre 2016, il devient le septième “Young Artist in Residence” de la Cathédrale de la Nouvelle-Orléans (Louisiane), l’amenant durant près de six mois à se produire régulièrement sur quelques-unes des grandes scènes du continent nord-américain. En soliste, à l’orgue ou au clavecin, avec chœur ou bien en collaboration avec le “Louisiana Philharmonic Orchestra” sous la direction du chef Carlos Miguel Prieto.

Particulièrement attaché à la transmission ainsi qu’au rayonnement de la musique dans sa région d’origine, Emmanuel Arakélian est depuis septembre 2019 professeur d’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional « Pierre Barbizet » de Marseille où il succède à André Rossi.

Très engagé sur le plan associatif, il co-préside « l’Association des Amis de la Cathédrale de Fréjus » et participe conjointement, depuis plus de dix ans, à la programmation d’une riche saison de concerts autour du Grand-Orgue Quoirin/Loriaut de la Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus.

 

Arnaud De Pasquale grandit dans un milieu musical baroque. Il n’a que cinq ans lorsqu’il commence l’apprentissage du clavecin. Il étudie au Conservatoire de Poitiers auprès de Dominique Ferran. Il développe très vite un grand sens des sonorités, et une soif de connaissance des différents instruments. A quatorze ans, il découvre le clavecin du Château d’Assas, celui sur lequel Scott Ross a réalisé plusieurs de ses enregistrements. En 2003, il obtient son Diplôme d’Etudes Musicales, et entre au CNSM de Paris dans les classes d’Olivier Baumont, Blandine Rannou et Kenneth Weiss. Quatre ans plus tard, il obtient le Diplôme de Formation Supérieure de clavecin et de basse continue. Il complète sa formation avec les conseils reçus de François Fernandez, Christophe Coin, Blandine Verlet, Pierre Hantaï, Elisabeth Joyé, Laurent Stewart, Bob van Asperen et Skip Sempé.

Sa carrière lancée, Arnaud de Pasquale est invité au Festival Jeunes Talents, au Château d'Assas, aux Chants de la Dore, au Musée des beaux-arts de Chartres, et au Musée des Arts Décoratifs de Neuchâtel. A partir de 2006, il assure le continuo de l’Ensemble Pygmalion, nouvellement créé par Raphaël Pichon, avec lequel il se produit dans des festivals tels que la Chaise-Dieu, Saintes ou Arques la Bataille. L’enregistrement des Messes brèves de J.S. Bach qu’ils réalisent en 2008 est récompensé par un Diapason d’Or. La même année sort le premier disque du groupe Scarlatti goes electro, formé en association avec Antoine Souchav, au sein duquel l’interprétation au clavecin est mixée avec des instruments électroniques. Ils se sont ainsi produits à Poitiers au Festival Prima la Musica et à Paris à la Cité de la Musique. En 2009, Arnaud de Pasquale est invité par l’Opéra de Nice pour y interpréter le Concerto pour clavecin de Manuel de Falla. En 2011, il enregistre un disque de Sonates pour viole de gambe et clavecin de J.S. Bach avec la gambiste Lucile Boulanger. Les deux musiciens fondent l'ensemble La Sainte Folie Fantastique, en s’associant avec Jérôme van Waerbecke (violon), et Thomas Dunford (luth). Le quatuor sort un disque en 2013, My precious manuscript, des sonates fantastiques de l’Angleterre et l’Allemagne du 17ème siècle.

mercredi 24 AOÛT

Arnaud DE PASQUALE

250x250_arnaud_de_pasquale.jpg